2011 • 41.pdf - Comptabilité générale et analyse des...

Info icon This preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: Comptabilité générale et analyse des états financiers Pr. Faska Khrouz Résumé de la théorie Page 1 of 41 Table des matières I. INTRODUCTION .............................................................................................................................................. 4 II. COMPTABILITE FINANCIERE .................................................................................................................... 5 BILAN ............................................................................................................................................................................................ 5 COMPTE DE RESULTATS ............................................................................................................................................................ 8 ORGANISATION MATERIELLE DE LA COMPTABILITE .......................................................................................................... 10 Le grand livre ......................................................................................................................................................................... 10 Le livre journal ....................................................................................................................................................................... 11 Le Plan Comptable Minimum Normalisé (PCMN) .................................................................................................. 11 Les différentes classes du PCMN : .................................................................................................................................. 11 Remarques sur les contrôles fiscaux ............................................................................................................................. 12 PRINCIPES COMPTABLES GENERAUX .................................................................................................................................... 13 A. Principes de base : ....................................................................................................................................................... 13 B. Principes relatifs à la tenue des comptes : ....................................................................................................... 13 C. Principes relatifs à l’évaluation ............................................................................................................................. 13 D. Principes relatifs à la communication de l’information ............................................................................ 14 TRAVAUX D’INVENTAIRE ET ECRITURES DE FIN D’EXERCICE ........................................................................................... 15 Amortissement des actifs immobilisés ......................................................................................................................... 15 Les provisions pour risques et charges ........................................................................................................................ 17 Les variations des stocks ................................................................................................................................................... 18 ACTIVATION DES CHARGES ..................................................................................................................................................... 18 Introduction ............................................................................................................................................................................ 18 Activation des charges ....................................................................................................................................................... 19 Activation directe ................................................................................................................................................................. 20 Activation indirecte avec compensation .................................................................................................................... 20 Activation indirecte sans compensation ..................................................................................................................... 20 III. LES COMPTES DE L’ACTIF ...................................................................................................................... 21 FRAIS D’ETABLISSEMENT ........................................................................................................................................................ 21 Frais de restructuration .................................................................................................................................................... 21 PRODUCTION IMMOBILISEE .................................................................................................................................................... 21 Immobilisations incorporelles : ...................................................................................................................................... 21 Immobilisations corporelles : .......................................................................................................................................... 22 Immobilisations financières : .......................................................................................................................................... 23 Placements de trésorerie ................................................................................................................................................... 23 Stocks et commandes en cours d’exécution ............................................................................................................... 24 Commandes en cours d’exécution .................................................................................................................................. 25 CREANCES .................................................................................................................................................................................. 26 VALEURS DISPONIBLES ............................................................................................................................................................ 26 IV. COMPTES DU PASSIF ............................................................................................................................... 27 CAPITAUX PROPRES ................................................................................................................................................................. 27 PRIMES D’EMISSION ................................................................................................................................................................. 30 Le droit de souscription ..................................................................................................................................................... 31 PLUS-­‐VALUES DE REEVALUATION ......................................................................................................................................... 31 RESERVES .................................................................................................................................................................................. 32 BENEFICE REPORTE / PERTE REPORTEE ............................................................................................................................. 32 SUBSIDES EN CAPITAL .............................................................................................................................................................. 33 Page 2 of 41 PROVISIONS ET IMPOTS DIFFERES ......................................................................................................................................... 33 Provisions pour risques et charges ............................................................................................................................... 33 Impôts différés ....................................................................................................................................................................... 34 DETTES ....................................................................................................................................................................................... 34 REMUNERATIONS ET CHARGES SOCIALES ............................................................................................................................ 35 V. REMARQUES ET AUTRES NOTIONS ...................................................................................................... 36 RESULTAT D’EXPLOITATION ................................................................................................................................................... 36 EXPERT COMPTABLE VS. REVISEUR D’ENTREPRISE ........................................................................................................... 36 QUELS PUBLICS SONT INTERESSES PAR LA COMPTABILITE DES ENTREPRISES ? .......................................................... 37 CONSOLIDATION DES COMPTES ............................................................................................................................................. 38 TVA .............................................................................................................................................................................................. 38 LA TRAITE .................................................................................................................................................................................. 38 Avantages financiers ........................................................................................................................................................... 38 Avantages juridiques ........................................................................................................................................................... 39 INVENTAIRE ET TRAVAUX DE CLOTURE ................................................................................................................................ 39 LES REMISES .............................................................................................................................................................................. 41 Page 3 of 41 I. Introduction Le point de départ sont les pièces justificatives (les factures) qui sont conservées pendant 5 à 10 ans. Elles font l’objet d’un double enregistrement1 : le livre journal et le grand livre. Un exercice correspond à une période de 12 mois, qui coïncide avec l’année civile ou non. En fin d’exercice, il y a publication de trois comptes annuels : • • • Le Bilan Le Compte des résultats (CR) L‘Annexe 1 De nos jours, la balance des vérifications n’est plus utilisée car les outils informatiques rendent cette vérification inutile. Page 4 of 41 II. Comptabilité financière Bilan Le bilan est un tableau descriptif du patrimoine d’une entreprise à un moment donné, c’est-­‐à-­‐dire à la clôture d’un exercice. (Photographie) Le patrimoine, c’est ce que l’entreprise possède et ce qu’elle doit, mais aussi ses droits et obligations. Les fonds propres ou capitaux propres comprennent les capitaux mis durablement à la disposition de l’entreprise par les fondateurs. Une distinction est donc faite entre fonds propres et dettes. Il y a trois égalités fondamentales qui sont permanentes au travers de toute la comptabilité générale : 1. ∩ économique : EMPLOIS = RESSOURCES 2. ∩ juridique : AVOIRS et DROITS = DETTES et OBLIGATIONS 3. ∩ comptable : ACTIF = PASSIF Les dettes peuvent être soit financières (banques), commerciales (fournisseurs), salariales (employés), ou sociales (ONSS). Les éléments du bilan ne sont pas classés au hasard mais selon deux critères simples : Ø Les éléments de l’ACTIF sont classés selon leur liquidité ; les éléments du haut de l’actif étant moins liquides que ceux du bas. Ex : Un terrain est plus immobilisé qu’un bâtiment, qui est plus immobilisé qu’un camion, qui est plus immobilisé qu’un compte en banque... L’évaluation se fait en fonction de la durée de vie des biens. Ø Les éléments du PASSIF sont classés selon leur exigibilité ; les éléments du haut du passif étant moins exigibles que ceux du bas. Ex : Les dettes CT sont plus basses que les dettes LT qui sont plus basses que les fonds propres. Ces critères étant adoptés, les éléments du bilan peuvent être regroupés en fonction de leur caractéristiques économiques afin d’en faciliter l’analyse. 3 catégories d’éléments d’Actif : − Actifs immobilisés : (actifs fixes) éléments restant dans l’entreprise de manière durable car constituent l’outil d’exploitation indispensable de l’entreprise. Ils peuvent être vendus par l’entreprise mais n’ont pas été acquis dans ce but. Page 5 of 41 − − Actifs réalisables : éléments destinés à être transformés en espèces à plus ou moins court terme dans le cadre de l’objet social de l’exploitation. À la différence des actifs fixes, bien qu’indispensables à l’exercice de l’activité de l’entreprise, ils doivent se renouveler constamment avec le cycle d’exploitation. Ex : stocks destinés à la revente et créances avant d’être converties en espèces. Actifs disponibles : éléments constitutifs de disponibilités tels que les avoirs en banques et en caisse. Rem : Souvent les actifs réalisables et disponibles sont regroupés en actifs circulants. 4 catégories d’éléments du Passif : − − − − Capitaux propres : fonds mis durablement à la disposition de l’entreprise à sa constitution (actionnaires) ainsi que les bénéfices réalisés et non distribués, donc retenus par l’entreprise. Provisions et impôts différés : fonds mis de coté par l’entreprise dans le but de faire face à des risques ou des charges futures dont la nature est nettement circonscrite, mais dont le montant est incertain. Dettes LT : fonds empruntés à des tiers et destinés à être remboursés dans un délai > 1 an. Dettes CT : ‘’ ‘’ ‘’ ‘’ ‘’ ‘’ < 1 an. Rem : en raison de leurs fonctions économiques également, les éléments du passif peuvent être regroupés en deux catégories : capitaux permanents et ‘’exigible à CT’’. Les capitaux propres donnent la valeur de l’entreprise d’un point de vue comptable, mais cette valeur est différente du prix de cession2 de l’entreprise. En quoi le prix de cession peut-­‐il être plus élevé que la valeur comptable ? • Le fond de commerce : tout ce qui est immatériel et qui accompagne l’entreprise (situation géographique, ancienneté, image de marque (goodwill),…) • La perspective de bénéfices futurs 2 Prix de vente Page 6 of 41 • La réévaluation des terrains et des immeubles En quoi le prix de cession peut-­‐il être plus faible que la valeur comptable ? • Créance : si j’ai une créance de 100.000 € et que les clients sont insolvables, il faut réévaluer cette créance à la baisse • Les amortissements : si on a un stock de marchandises qui a perdu de la valeur, il faut réévaluer les marchandises (aussi PC,…) • Les dettes : s’il y a des litiges avec les salariés, l’ONSS,… on peut prévoir qu’il y a aura des dettes futures Pourquoi est-­‐il intéressant de revendre son entreprise à 1€ ? Si on a des dettes, si elle a besoin d’être liquidée. Pourquoi est-­‐il intéressant de racheter une entreprise à 1€ ? Pour se constituer un portefeuille d’entreprises, il peut être intéressant d’en redresser une. Si une entreprise est cotée en bourse, sa valeur est toujours réactualisée ; il n’est généralement pas nécessaire de la réévaluer. Page 7 of 41 Compte de résultats En cas d’enrichissement ou d’appauvrissement de l’entreprise par une variation de ses capitaux propres notamment, il importe de pouvoir expliquer en détail les charges et les produits ayant été à l’origine de ce résultat. C’est là l’objet du compte de résultats, qui classe par nature les charges et produits et les répartit en éléments d’exploitation, financiers et exceptionnels en vue d’informer de manière complète les différents publics concernés par la comptabilité de l’entreprise tels que les créanciers dont l’administration des contributions, les actionnaires, etc. Le compte de résultats constitue donc un développement de la variation des capitaux propres et peut à cet égard être considéré comme un sous-­‐compte de la situation nette du bilan. Il se présente sous forme de liste reprenant les produits et les charges en soustraction de ces produits. Le compte de résultat est aussi appelé compte d’exploitation générale, compte de pertes et de profits et compte de gestion. Il y a trois niveaux dans le compte de résultat (1) Les charges et les produits d’exploitation : (PCMN : 60 → 64 et 70 → 74) qui répertorie les bénéfices et les pertes, il reflète la manière dont l’entreprise est gérée au quotidien et les activités commerciales opérationnelles (2) Les charges et les produits financiers : (PCMN : 65 et 75) Ce niveau reflète la manière dont l’entreprise effectue ses placements de trésorerie et comment elle contracte ses emprunts (si elle fait beaucoup de placements, elle a beaucoup de produits). On y répertorie les intérêts, les frais bancaires, les dividendes, les produits financiers, etc…3 (3) Les charges et produits exceptionnels : (PCMN : 66 et 76) On y répertorie des évènements exceptionnels par nature. Par exemple, une moins-­‐value sur la réalisation d’actifs.4 Ce niveau est 3 Par exemple, Inbev ne réalise aucun bénéfice au niveau de la vente de bière (le niveau d’exploitation est déficitaire), elle réalise tous ses bénéfices au niveau des placements de trésorerie dans des sociétés de brasserie, qui lui rapporte des dividendes… 4 Un immeuble qui veut 100 et qui a été amorti à concurrence de 20, donc ne vaut plus que 80. Si on le vent à 70, on a une moins-­‐value sur réalisation d’actifs immobiliers. Page 8 of 41 ponctuel et exceptionnel. Dans l’analyse financière on peut tomber sur des pertes financières, et un bénéfice exceptionnel énorme, il ne faut donc pas prendre ce niveau pour faire des prévisions pour les années à venir. Conclusion : le premier niveau reflète l’entreprise d’une manière opérationnelle, le deuxième d’une manière financière et le dernier d’une manière ponctuelle. Il ne faut pas confondre le compte de résultats et les dépenses et recettes. Le compte de résultats fait partie de la comptabilité générale, car elle est en partie double, les dépenses et recettes sont en partie simple. Charges et produits • Charges : ce qui nous appauvrit entre le 1 janvier et le 31 décembre. Même si ça n’a pas fait l’objet de rentrée d’argent • Produits : ce qui nous enrichit entre le 1 janvier et le 31 décembre. Même si ça n’a pas fait l’objet de rentrée d’argent. Page 9 of 41 Organisation matérielle de la comptabilité Le grand livre Les deux états financiers vus jusqu’ici sont le Bilan et le CR. Cependant, en raison du grand nombre d’opérations à traiter et des risques d’erreurs, le bilan et le CR ne peuvent suffire aux nécessités de l’enregistrement journalier. On ne peut présenter un nouveau bilan et CR après chaque opération. La solution consiste donc à opérer les inscriptions sur des états séparés appelés ‘’comptes’’. Ces comptes sont répartis en comptes d’actif, de passif, de charges et de produits. L’ensemble de ces comptes constitue le grand livre. Ils sont schématisés en forme de T et présentent à gauche de l’axe vertical le Débit et à droite le Crédit. Le processus d’enregistrement des opérations au grand livre comprend trois étapes : 1. Ouverture des comptes : les soldes de clôture de l’exercice précédent y sont reportés ; 2. En cours d’exercice : les comptes sont débités ou crédités ; 3. Clôture des comptes : soldes portés au bilan. ð Remarque : comme le CR ne fournit de l’information que pour une période donnée, il est donc v...
View Full Document

{[ snackBarMessage ]}

What students are saying

  • Left Quote Icon

    As a current student on this bumpy collegiate pathway, I stumbled upon Course Hero, where I can find study resources for nearly all my courses, get online help from tutors 24/7, and even share my old projects, papers, and lecture notes with other students.

    Student Picture

    Kiran Temple University Fox School of Business ‘17, Course Hero Intern

  • Left Quote Icon

    I cannot even describe how much Course Hero helped me this summer. It’s truly become something I can always rely on and help me. In the end, I was not only able to survive summer classes, but I was able to thrive thanks to Course Hero.

    Student Picture

    Dana University of Pennsylvania ‘17, Course Hero Intern

  • Left Quote Icon

    The ability to access any university’s resources through Course Hero proved invaluable in my case. I was behind on Tulane coursework and actually used UCLA’s materials to help me move forward and get everything together on time.

    Student Picture

    Jill Tulane University ‘16, Course Hero Intern