Methode-de-la-dissertation-philosophique

Methode-de-la-dissertation-philosophique - Méthode de la...

Info iconThis preview shows pages 1–3. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon

Info iconThis preview has intentionally blurred sections. Sign up to view the full version.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: Méthode de la dissertation philosophique http://pagesperso-orange.fr/philo.record/methode.htm/methode.htm I. Préparation Dans le sujet, il faut trouver un paradoxe (une idée étonnante, qui va contre l'opinion commune), ou un présupposé, toujours un problème. Le mauvais réflexe, c'est de chercher dès l'abord une réponse. Il faut au contraire mettre en question l'opinion ou l'évidence première. 2 exemples: Ex. 1: Faut-il préférer le bonheur à la vérité? L'énoncé semble tenir pour acquise l'idée d'une incompatibilité entre bonheur et vérité. Il faudra examiner ce présupposé puis le mettre en question. Ex. 2: Peut-on se passionner pour la vérité? Le problème: apparence d'une contradiction entre les notions de passion et de vérité: la connaissance de la vérité exige de l'objectivité; la passion, au contraire, est subjective, elle a la réputation de rendre aveugle. Un sujet doit toujours pouvoir être retraduit sous la forme d'un problème. Ce problème n'est pas explicite, il ne saute pas aux yeux. Il faut donc analyser l'énoncé pour le rendre explicite. Cette analyse du sujet est un moment essentiel, qui permet de délimiter le champ du sujet, définir l'inconnue qui est à chercher. S'il n'est pas fait, cela conduit au hors-sujet, ou à un traitement partiel de la question. Exemples: Ex. 1: L'histoire est-elle tragique? Si, par tragique, on se contente de comprendre: sanglant, qui finit mal, on va tomber dans un catalogue d'exemples pour montrer que dans l'histoire il y a du mal et que c'est triste, ou essayer de prophétiser la fin de l'histoire. Il faut trouver une analyse féconde du sujet. Féconde, c'est-à-dire qui suscite un problème philosophique intéressant. Or, qu'est-ce que la tragédie? Ce n'est pas la même chose que le drame. Le tragique renvoie à l'idée de destin. Par conséquent, ce sujet pose la question de la liberté: est-ce l'homme qui fait l'histoire, ou bien se contente-t-il d'en subir le cours? Ex. 2: Peut-on se passionner pour la vérité? Si l'on n'étudie pas sérieusement le sens du mot passion, on ne comprend pas le problème. Si l'on n'envisage pas la passion en son sens le plus fort, on ne prend pas conscience que la passion peut être aveugle et fanatique, ce qui s'accorde mal avec la recherche de la vérité. Ce travail d'analyse est indispensable et permet seul d'éviter le hors-sujet. Lui seul fournira à la dissertation l'unité d'un problème à résoudre. Il est à refaire à chaque fois, car chaque problème est différent. Il n'y a donc pas de recette a priori. Il sera facilité par la relecture du cours, et par un travail de recherche et de lecture. La première chose à faire, c'est donc de lire pour assembler des matériaux....
View Full Document

{[ snackBarMessage ]}

Page1 / 6

Methode-de-la-dissertation-philosophique - Méthode de la...

This preview shows document pages 1 - 3. Sign up to view the full document.

View Full Document Right Arrow Icon
Ask a homework question - tutors are online