Les_reseaux_FFDI - LES RESEAUX FDDI LES RESEAUX FFDI A)...

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: LES RESEAUX FDDI LES RESEAUX FFDI A) Introduction Le réseau FDDI ( Fiber Distributed Data Interface ) est un réseau MAN (Metropolitan Area Network ). Il permet l'interconnexion de réseaux locaux, mais il peut être aussi considéré comme un réseau local au débit. Il va permettre l'interconnexion jusqu'à 1000 stations de travail formant ainsi un réseau étendu sur 100 Km dont le support physique est la fibre optique le plus souvent multimode, mais aussi monomode. Les stations doivent être éloignées les unes des autres au maximum de 2 km. Une version du FDDI en paires torsadées existe, elle est nommée TPDDI, et elle autorise un débit 100 Mbits/s sur un anneau de 100 m. E débit du FDDI sur fibre optique est de 100 Mbits/s. Grâce à sa technologie plus récente que les réseaux Ethernet ou Token Ring. Il exploite mieux les capacités des supports physiques et composants d'extrémités actuels. Mais cette technologie se fait concurrencer par les réseaux de type Ethernet 100 Mbits/s et surtout par les réseaux ATM. La méthode d'accès au média est du type déterministe comme le Token Ring, mais la topologie logique est un double anneau en fibre optique. Une autre différence est que le jeton est dit temporisé. La taille maximale de la trame FDDI est de 4500 octets. Du fait de la distance inter stations le réseau FDDI ne permet pas la synchronisation des stations à partir d'une horloge unique. Chaque station à sa propre horloge interne ( réseau plésiochrone ). Une mémoire interne à l'adaptateur permet de compenser l'écart entre les horloges. C'est cette mémoire qui limite la taille des trames. Page 1 LES RESEAUX FDDI B) La technologie des réseaux FDDI 1) Architecture protocolaire Le réseau FDDI occupe aussi la partie basse du modèle OSI, à la différence que la couche Physique est décomposée en deux couches : - PHY Physical Protocol, - PMD Physical Media Dependant. ISO 802.2 LLC FDDI MAC Medium Access Control MAC FDDI SMT FDDI PHY Physical Protocol Physique F DDI PMD Physical Medium Dependent Station Management La sous couche PMD définis les caractéristiques des liens physiques, capacité des émetteurs et récepteurs. La sous couche PHY définis le codage et le décodage, le jeu de symboles, l'horloge, et la synchronisation. 2) La topologie Topologie Physique La topologie physique est le double anneau ou l'étoile. Pour le double anneau elle apporte de la sécurité au réseau, car lors d'une défaillance de l'anneau primaire on peut isoler le point défaillant en rebouclant l'anneau primaire sur le secondaire 1er cas l'anneau primaire est défaillant, on reboucle l'anneau primaire sur le secondaire. anneau primaire N oeud Noeud anneau secondaire Rupture Page 2 LES RESEAUX FDDI 2ème cas les anneaux primaires et secondaires sont défaillants. N oeud Noeud Rupture port A DAS port B port A DAS port B port B port A port A DAC port A port M port B DAC port B port M DAC Dual Homing port S port S SAC port M SAS port A SAS DAC port S SAS port S SAS port M port S SAS SAS SAS Exemple de câblage FDDI SAS: Single Attachment Station DAS: NAC: Null Attachment Station SAC: DAC: Dual Attachment Concentrator Dual Attacment Station Single Attachment Concentrator Les stations ou les concentrateurs sont connectés à l'aide d'un port A et d'un port B, le port A se situant toujours en face d'un port B. Pour la topologie physique en étoile ce sont des concentrateurs qui réalisent les liaisons point à point. Celles-ci sont composés d'un port maître (concentrateur) et d'un port esclave (station). On peut sécuriser les liaisons en raccordant le concentrateur ou la station à deux ports maîtres ( Dual Homing ) de deux concentrateurs distincts. Page 3 LES RESEAUX FDDI Topologie logique La topologie logique est le double anneau contrarotatif ( dont les données ne circules pas dans le même sens de rotation )dont seule le primaire est utilisé pour transmettre les données. 3) Les supports physiques Les deux supports physiques principalement utiliss en FFDI sont la fibre optique et le câble en paires torsadées. La fibre optique La fibre optique MMF C'est une fibre multimode à gradient d'indice ( Multi-Mode Fiber ). Elles sont spécifiées avec des dimensions du cœur et de la gaine de 62,5 / 125 µm. Ces diamètres sont ceux utilisés par la plupart des réseaux locaux. Elle autorise une longueur de 2 km au maximum entre deux stations. La fibre optique SMF C'est une fibre monomode ( Singe Mode Fiber ), elle autorise une longueur de 35 à 58 km au maximum entre deux stations, mais avec toujours un anneau de 100 km. La fibre optique LCF C'est une fibre multimode peu chère ( Low Cost Fiber ), les performances étant plus faibles que la fibre MMF, la longueur des liaisons est limitée à 500m. Le câble en paires torsadées Le FDDI peut aussi fonctionner sur des câbles, en paires torsadées catégorie 5, blindés ou non, en réduisant la longueur des liaisons. La longueur d'un brun ne doit pas dépasser 100 m. Page 4 LES RESEAUX FDDI 4) Les produits FDDI Un réseau FDDI est fondamentalement constitué de cartes coupleurs et éventuellement de concentrateur. Les concentrateurs permettent de bâtir différentes topologies. Carte PCI FDDI double attachement ( coupleur ) Module de concentrateur double attachement Les coupleurs (carte d'interfaçage réseau) C'est le coupleur qui met en œuvre toute la méthode d'accès au média. Les équipements SAS possèdent une couche MAC, Alors que les stations DAS possèdent deux couches MAC, une pour l'anneau primaire, et une pour le secondaire. Les concentrateurs Le concentrateur permet de se dégager des contraintes de la topologie en double anneau. En effet le concentrateur offre l'accès à une arborescence plus ou moins complexe. SAS SAS SAS MAC SAS SAS MAC MAC PHY.S PHY.S PHY.S PHY.M MAC PHY.S PHY.S SAC SAS M AC MAC PHY.S SAS MAC PHY.S PHY.M PHY.M MAC PHY.A D AS PHY.M PHY.M PHY.A PHY.B D AC PHY.M PHY.M PHY.M PHY.M MAC MAC PHY.A PHY.B MAC PHY.A PHY.B D AC anneau primaire anneau secondaire Page 5 LES RESEAUX FDDI Le concentrateur gère le rebouclage successif entre les différents ports maîtres. Les ramifications en étoile qui constituent l'arborescence ne comportent que deux fibres optiques, une dans chaque sens, au lieu de quatre sur l'anneau principal. C'est un avantage au niveau coups, mais cela ne permet pas d'assurer les capacités de redondance de l'accès double. Les concentrateurs peuvent être montés en cascade. Le principale avantage du concentrateur est sa possibilité de reconstituer l'anneau en cas de coupure d'une liaison ou suppression d'une station sans faire appel à l'initialisation de l'anneau. Les commutateurs otiques Le commutateur optique est constitué d'un relais électrique et d'un miroir. Il se place devant un attachement double, en série sur les liaisons optiques entrantes et sortantes. Il permet lorsque l'équipement DAS ou DAC n'est pas sous tension, de boucler physiquement le double anneau, le signal optique entrant étant renvoyé par réflexion à la sortie. Ce genre de boîtier est donc présent devant les équipements que l'on veut pouvoir contourner. Les répéteurs Les répéteurs permettent de régénérer le signal et quelque fois de convertir le média par exemple passer d'une fibre monomode à un multimode. 5) Codage des données Pour le FDDI le codage NRZI (No Return Zero Inverted) est utilisé pour transmettre les données. Le NRZI code chaque 1 par une transition de son niveau de tension, mais ne code pas les 0. Lors de longue séquence de 0 il risque de se produire une perte de synchronisation. Exemple de codage NRZI: niveau de tension 1 01 lumière Présence de lumière Absence de lumière 1 1 1 1 0 0 1 0 1 1 0 0 0 t t Page 6 LES RESEAUX FDDI Pour résoudre ce problème de synchronisation le FDDI utilise un double codage. On fait correspondre à une séquence de 4 bits, une séquence de 5 bits, nommée symbole. Chaque symbole à au moins deux transitions de niveau de tension. Ce codage est appelé 4B/5B. Le codage 4B/5B permet le codage des 4 bits des données, mais en plus certains symboles servirons de codes significatifs d'un état du réseau. Les seuls symboles significatifs d'un état du réseau utilisant moins de deux transitions de niveau logique sont Quiet et Halt. Nom H I J K L Q R S T 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 A B C D E F Valeur Binaire 4 bits 0000 0001 0010 0011 0100 0101 0110 0111 1000 1001 1010 1011 1100 1101 1110 1111 Symbole FDDI 4B/5B 00100 11111 11000 10001 00101 00000 00111 11001 01101 11110 01001 10100 10101 01010 01011 01110 01111 10010 10011 10110 10111 11010 11011 11100 11101 Signification Halt, permet d'arrêter l'activité de l'anneau Idle, caractère de bourrage, de synchronisation Délimiteur de trame Délimiteur de trame Délimiteur de trame ( FDDI version 2 ) Quiet, absence de transition Zéro logique ( reset ) Un logique ( set ) Délimiteur de trames Page 7 LES RESEAUX FDDI 6) Fonctionnement Méthode d'accès au média La méthode d'accès au média est du type déterministe, un jeton, dit temporisé, circule sur l'anneau. Lorsqu'une station veut obtenir le droit de parole elle capture le jeton ( elle n'en change pas la valeur comme le Token Ring ). Un fois en possession du jeton elle émet sa trame, dont la longueur est inférieur à 4500 octets. La durée maximum du temps d'émission est déterminé lors de la phase d'initialisation de l'anneau, elle est donc limitée. Un seule jeton est présent sur l'anneau, mais après l'émission d'un trame, la station émettrice libère le jeton. Si une autre station veut émettre, elle capture le jeton. Donc un seul jeton circule sur l'anneau, mais plusieurs trames peuvent être présentes. Emission des données Deux types de donnée peuvent être émises sur l’anneau: - les données urgentes à contrainte de débit, classe synchrone, - les données sporadiques, classe asynchrone. Ces donnés n'ont donc pas les même contraintes, il faut toujours émettre les données synchrones, alors que les données asynchrones ne sont émises que si le jeton réapparaît avant la date déterminée lors de l'initialisation de l'anneau. Le jeton temporisé Les données synchrones et asynchrones ne sont émises que sous certaine condition de temporisation qui dépende de l'état de certaines variables. Les variables de temporisation Commençons par définir quelques variables. TS: c'est le temps d'émission des données de classe synchrones. TTRT: (Target Token Rotation Time) c'est la durée entre l'apparition théorique de deux jetons. Cette valeur est déterminée lors de l'initialisation de l'anneau. La valeur choisie est celle qui est la plus faible de celle proposée par toutes les stations de l'anneau. Il faut que TTRT > TS × N avec N le nombre de station. Le TTRT garanti le passage du jeton tous les 2 × TTRT . La valeur du TTRT peut varier de 4 à 167 ms. LC: (Late counter) c'est une variable qui autorise ou interdit l'émission de données de classe asynchrone. Si LC = 1 et que le jeton arrive en retard l'anneau est initialisé. Page 8 LES RESEAUX FDDI TRT: (Token Rotation Timer) Ce timer est initialisé à la valeur de TTRT à chaque réception du jeton, si LC=0. Si le jeton réapparaît avant la fin du décompte du TRT, alors le temps restant est utilisé pour l'émission de données de classe asynchrone. A la fin du décompte du TRT les données de classe synchrone sont émises pendant la durée TS. THT: (Token Holding Timer) c'est le temporisateur qui mesure la durée d'émission des données de classe asynchrone. T TRT A Temps de rotation effectif < TTRT THT TS Temps émission de données asynchrones B C arrivée du jeton Temps émission de données synchrones Temps de rotation effectif = TTRT TS Temps de rotation effectif > TTRT TS arrivée du jeton La figure précédente représente les différents cas d'émission de données. Cas A: le temps de rotation effectif du jeton est plus rapide que le TTRT, alors la station peut émettre des données de classe asynchrone pendant le temps THT, et elle émet des données après l'arrivée du jeton de classe synchrone. Cas B: le temps de rotation effectif du jeton est égale au TTRT, alors la station n'émet que des données de classe synchrone. Cas C: le temps effectif de rotation du jeton est supérieur au TTRT, alors la station n'émet que des données de classe synchrone et LC passe à 1. Page 9 LES RESEAUX FDDI Gestion de la variable d'état LC Soit la figure suivante représentant la gestion de la variable d'état en fonction du temps. TRT Acquisition du jeton TTRT Acquisition du jeton TRT=TTRT THT=TRT TS émission de donnée t0 t THT t1 t2 t3 SYN ASYN t4 t5 t6 SYN LC LC=0 Date T0 T1 T2 T3 T4 T5 T6 LC=1 LC=0 LC=1 t Opération La variable TRT est initialisée à TTRT. TRT décroît. Le jeton arrive en avance La variable THT est initialisée à TRT LC étant à 0, TRT est initialisée à TTRT LC reste à 0, la station peut émettre des données de classe synchrone pendant la durée TS. La station émet des données de classe asynchrone pendant la durée THT. Le durée de temporisation TRT continue à décroître. La variable TRT est à 0, donc le jeton est en retard, LC passe à 1 Le jeton arrive, LC étant à 1 la station ne peut émettre que des données de classe synchrone. LC repasse à 0. La variable TRT est à 0, donc le jeton est en retard, LC passe à 1 Page 10 LES RESEAUX FDDI Gestion de l'anneau Les mécanismes MAC de gestion de l'anneau rentrent en jeux lors des phases d'initialisation ou lors de la détection de problème. Beacon Le Beacon permet de localiser un défaut dans la circulation des données. Chaque station émet une trame Beacon qui est simplement répétée par les autres stations, ceci permet à la station émettrice de vérifier que les données lui reviennent, donc que l'anneau est bouclé. S'il y a non-réception de la trame Beacon, la station placé en aval la plus proche du défaut coupe sa liaison avec la station en amont et reboucle l'anneau primaire sur l'anneau secondaire. Cette opération est nommée warp. Claim Le Claim process correspond à l'élection de la station qui va émettre le premier jeton. C'est la station qui proposera le TTRT ( temps de rotation du jeton ) le plus faible qui l'emportera. Si deux stations proposent le même TTRT c'est la station avec l'adresse MAC la plus élevée qui l'emporte. En cas d'échec du Claim process, une phase Beacon est lancée. Retrait des trames De manière similaire au Token Ring, c'est la station émettrice d'une trame, qui la retire de l'anneau. 7) Format des trames FDDI Comme le Token Ring, il existe plusieurs types de trame: - La trame jeton, - La trame données, - les trames de gestion de l'anneau SMT. La trame jeton FFDI PA 16 symboles SD 8 symboles FC 8 symboles ED >3 symboles Le champ PA Préambule d'au moins 16 symboles idle. L'indépendance de l'horloge de chaque station justifie de la longueur de la séquence de synchronisation. Le champ SD ( Start Delemiter ) Délimite le début de la trame FDDI, il est composé des symboles I et J. Page 11 LES RESEAUX FDDI Le champ FC ( Frame Control ) Le champ FC peur être décomposé en bits ( et non en symboles ) comme suit: C L TT ZZZZ Le bit C: Il distingue le type de transfert de données effectué. Si C = 0, trame de classe asynchrone. Si C = 1, trame de classe synchrone. Le bit L: Il distingue deux types de jeton, les jetons sans restriction, qui peuvent être utilisés par toutes les stations et les jetons avec restriction qui permettent l'émission de données de classe asynchrone à un groupe de stations. Si L = 0, jeton sans restriction. Si L = 1, jeton avec restriction. Les bits TT: Indiquent le type de trame, ils sont complétés par les bit ZZZZ. Si TT = 11, c'est une trame SMT ou MAC. Si TT ≠ 11, c’est une trame LLC ou autre. Les bits ZZZZ: ( voir tableau ci-dessous ). Champ FC C L FF ZZZZ Signification 0 X 00 1 0 00 1 1 00 0000 0000 0000 Trame void Jeton sans restriction Jeton avec restriction 0 L 00 0001 Trame d'administration Ou trame SMT adresse prochaine station à 0 L 00 0 L 00 1111 0001 à 1 L 00 1 L 00 1 L 00 Trame MAC 1111 0010 0011 C L 01 Trame de MAC Beacon Trame MAC Claim R000 à Trame LLC C L 01 C L 01 R111 RPPP C L 10 R000 à C L 10 C L 11 Trame LLC, avec PPP = bits de priorité Réservé au développeurs R111 RRRR Réservé aux futurs standards Page 12 LES RESEAUX FDDI Le champ ED ( End delemiter ) Fanion de fin de trame, il est composé des symboles T et E. La trame FDDI PA 16 symboles SD 2 symboles FC 2 symboles DA 4 à 12 symb SA 4 à 12 symb informations 16 symboles FCS 8 symboles ED FS 2 symboles >3 symboles Les champ DA ( Destination Address ) et SA ( Source Address ) Indique l'adresse source et l'adresse destination. Le FDDI permet l'adressage IEEE long ( 6 octets ou douze symboles ) et court ( 2 octets ou 4 symboles ). La longueur du champ adresse est précisé par le bit L du champ FC, L = 0 adressage court, L = 1 adressage long. Le champ données Il n'est présent que dans les trames LLC. Le réseau FDDI étant généralement utilisé pour l'interconnexion de réseaux locaux comme Ethernet ou Token Ring, il à besoin d'encapsuler dans sa trame les trames des réseaux locaux. Exemple d'encapsulation de trame LAN. Trame FDDI en-tête FDDI PA SD FC Trame IEEE 802.3 LLC DA SA m or Postfixe FDDI io at f in FCS ED FS ns adresse Destination adresse Source longueur Trame FDDI en-tête FDDI adresse Destination adresse Source DSAP DSAP SSAP SSAP contrôle contrôle info CRC info Postfixe FDDI Le champ FCS (Frame Check Sequence ) Protège les champ FC, DA, SA, et données. Page 13 LES RESEAUX FDDI La trame SMT Les fonctions d'administration intégrées SMT ( Station Management ) permettent de gérer les dialogues entre toutes les stations du réseau en fonction des opérations prenant place dans un des blocs du modèle OSI, PMD, PHY, et MAC. Le SMT à en autre comme fonction de: - de gérer la connexion physique, - maintenir la topologie physique et logique de l'anneau, - de surveiller la circulation du jeton, - de détecter le blocage du Beacon. En utilisant le protocole SMT, il est possible de réaliser des fonctions d'administration purement FDDI en interrogeant les interfaces sur leur fonctionnement. en tête MAC 13 octets classe de trame 1 octets type de trame 1 octets identificateur de transaction 2 octets en tête SMT 13 octets identificateur de version 4 octets info SMT 0 à 4458 octets identificateur de station 4 octets Pad 2 octets longueur du champ info 2 octets Page 14 LES RESEAUX FDDI C) l'évolution du FFDI: le FDDI II Le FDDI ne garantissant pas de récurrence temporelle, il ne permet pas le transport d'information isochrone (voix, vidéo ). Pour palier cette limitation une évolution du FDDI à été proposée, le FDDI II. Le FDDI II multiplexe sur le support les voies synchrones et asynchrones ( fonctionnement en mode paquets ) avec les voie isochrones ( fonctionnement en mode circuits ). Si le trafic n'est que du type paquet le FDDI II fonctionne en mode de base. Si il faut multiplexer le trafic paquet avec du trafic isochrone, alors le mode de fonctionnement est dit hybride, et il est décrit ci-dessous. Une station maître génère une trame ou cycle FDDI II toutes les 125 µs soit 12500 bits. Le cycle FDDI II comporte: - un préambule de 5 symboles, - une en-tête de cycle ( Cycle Header ), numérotant les cycle et indiquant l'affectation des canaux WBC. - un canal dédié à la transmission en mode paquet ( DPG, Dedicaced Packet data Group ). Ce canal à un débit de 768 Kbits/s. - seize canaux à au débit (WBC, Wide Band Channel ), de 96 octets chacun, pouvant transmettre des information en mode paquet ou isochrone. Ces canaux ont un débit de 6.144 Mbits/s. Ordre de tranmission p réambule octet 12 octet 96 canal DPG Cyclic Groupe 93 Cyclic Groupe 94 Cyclic Groupe 95 CANAL WBC 15 CANAL WBC 2 CANAL WBC 1 CANAL WBC 0 octet 2 octet 2 Cycle Header Cyclic Groupe 0 Cyclic Groupe 1 Cyclic Groupe 2 octet 1 CANAL WBC 14 octet 1 symbole 3125 Page 15 ...
View Full Document

Ask a homework question - tutors are online