{[ promptMessage ]}

Bookmark it

{[ promptMessage ]}

05-12-2011 01;38;40PM

05-12-2011 01;38;40PM - 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 je Mere...

Info iconThis preview shows pages 1–2. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
Puis elle leva la tete et me regarda. J'avais ferme a nouveau la fenetre derriere moi. Je n'entendais plus rien. — On va 1'enterrer aujourd'hui meme, repeta Mere un peu plus haut. C'est notre coutume. — On ne devrait pas, dis-je. C'est une detestable coutume que de livrer 0 ainsi a la terre un corps ou s'allume encore la beaute ! Une bien detestable coutume... II me semble qu'on Fenterre encore tout frissonnant 0 , encore... (mais je ne fus plus maitresse de ma voix). — Ne pense plus a tes enfants! dit Mere. La terre qu'on a jetee sur eux leur est une couverture d'or°. Ma pauvre fille, ne pense plus a tes enfants! repeta Mere. — Je ne pense a rien, dis-je. Non vraiment, je ne veux penser a rien. A rien! celle de donner tremblant blanket of gold Questions de comprehension Qui sont les personnages suivants ? Quelles sortes de choses apprenez-vous sur eux leurs actions, leur personnalite, leur apparence physique, leur age — dans la premiere partie de la nouvelle ? isique
Background image of page 1

Info iconThis preview has intentionally blurred sections. Sign up to view the full version.

View Full Document Right Arrow Icon
Background image of page 2
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10 « je » Mere ATcha Anissa les Smain pleureuses Omar Pere femmes qui Hafga DEUXIEME PARTIE 210 II etait deja quatre heures de Papres-midi quand elles entrerent. De la cuisine ou je m'etais cachee, je les entendis apres les habituelles for-mules de politesse, s'exclamer : — Quels sont done ces pleurs ? — Que le malheur soit loin de nous ! Que Dieu nous preserve ! — J'ai la chair de poule , disait la troisieme. J'avais oublie ces temps-ci la mort et les larmes. Je les avais oubliees bien que notre cceur rut toujours endolori. — C'est la volonte de Dieu ! reprenait la seconde. Mere expliquait la cause de ce deuil d'une voix placide, tout en les 220 faisant entrer dans la seule piece que nous avions pu meubler decem-ment. Anissa, pres de moi, faisait deja les premieres remarques sur la physionomie des femmes. Elle interrogeait A'icha qui les avait accueil-goose bumps « II n'y a pas d'exil » 199...
View Full Document

{[ snackBarMessage ]}