Pg 3 - dans ma bouche, la lumiere de Fapres-midi etait...

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
dans ma bouche, la lumiere de Fapres-midi etait eblouissante 0 . Entre les futs° des arbres, je voyais la ville blanche, et la vapeur qui montait peu a peu de la mer, les scintillements 0 des milliers de voitures, dans les ornieres 0 des rues. Zobeide est partie en courant a travers les bosquets. Elle jouait a se cacher derriere les arbres, derriere les 200 rochers. II y avait d'autres couples, dans les clairieres 0 , et des voyeurs embusques 0 . En haut de la colline, les voitures passaient lentement. Zobeide montait encore plus haut, elle se cachait dans des creux 0 , centre des vieux murs. J'entendais son rire quand je m'approchais. Je la desirais, et j'avais peur qu'elle ne 2 s'en rende compte. Quand la nuit tombait, nous redescendions vers la ville, par des escaliers jonches de° graines de cypres. Les oiseaux du soir poussaient de droles de cris an- goisses. En bas, nous nous separions brutalement, sans rien dire, sans nous fixer de rendez-vous, comme si nous ne devions jamais nous revoir. C'etait son jeu, elle ne voulait rien qui la retienne. J'avais peur
Background image of page 1
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

This note was uploaded on 05/14/2011 for the course FRENCH 201 taught by Professor Staff during the Spring '11 term at UCSD.

Ask a homework question - tutors are online