L'action public 3 - Simoulin (1)

L'action public 3 - Simoulin (1) - TROISIME PARTIE RFORMER...

Info iconThis preview shows pages 1–3. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
TROISIÈME PARTIE : RÉFORMER L'ACTION PUBLIQUE INTRODUCTION _ Les organisations publiques sont dans un nouveau contexte et doivent désormais se réformer en permanence. _ Elles en sont capables, elles l’ont déjà fait (alphabétisation, etc.). _ Elles continueront à exercer des fonctions importantes à l'avenir. _ Il y a toute une école anglo-saxonne sur ces questionsde réforme et elle est plutôt dominante, non seulement sur la scène universitaire mondiale mais aussi chez les praticiens de l'action publique. _ Elle préconise l'introduction plus ou moins rapide et profonde des principes de l'économie de marché dans la sphère publique. _ L'évaluation des changements réels est incertaine. PLAN I Les écoles de la réforme. A) La réforme comme rationalisation. B) La Nouvelle Gestion Publique. C) L'invention des usagers et de la demande sociale. II Les modèles de réforme de l'action publique. A) Le modèle du référentiel. B) La réforme comme imprégnation. C) La logique des réseaux. III La conduite de la réforme. A) Quelques précautions élémentaires. B) La logique de l'intervention. C) Les phases de l’enquête. I Les écoles de la réforme _ Même si l'on peut parfois mettre en doute la réalité de l'évolution des pratiques, les mentalités ont profondément changé, comme les façons de voir l'administration et l'État. _ L'introduction et la consécration de nouveaux mots a brouillé la signification de beaucoup de catégories administratives et juridiques. _ On va tenter un bilan historique en voyant les tentatives de rationalisation, puis l'introduction de la NGP et celle des usagers. A) La réforme comme rationalisation _ Le Planning Programming Budgeting System (P. P. B. S.): + Introduit au début des années 1960 au ministère américain de la Défense par Robert McNamara. + Généralisé en 1965 à toutes les administrations américaines à la suite de ses premiers succès. _ Rationalisation des Choix Budgétaires (R. C. B.) : + Introduite en France en 1968. + Abandonnée en 1984. _ Une analyse coûts/bénéfices qui vise à : + Introduire des méthodes scientifiques modernes dans la décision et l'action administratives.
Background image of page 1

Info iconThis preview has intentionally blurred sections. Sign up to view the full version.

View Full DocumentRight Arrow Icon
+ Mettre fin à toute une série de gaspillages. Un impact limité _ Une méthode dont l'originalité et le caractère très novateur étaient d'être ex-ante et non ex-post. _ La légitimité de l'intervention de l'État n'est pas encore réellement mise en cause, même s'il commence à apparaître qu'il est possible d'améliorer son action. _ Des objectifs généralement pas atteints et des échecs parfois cuisants, car déterminer des objectifs est un choix politique plus qu'économique. _ Mais la RCB a poussé des agents qui évaluaient essentiellement jusque là leur action en termes de régularité juridique à commencer à mettre en question la qualité des prestations qu'ils fournissaient. B) La Nouvelle Gestion Publique (NGP)
Background image of page 2
Image of page 3
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

This note was uploaded on 05/28/2011 for the course ECONOMY 111 taught by Professor Sm during the Spring '11 term at Hanoi University of Technology.

Page1 / 9

L'action public 3 - Simoulin (1) - TROISIME PARTIE RFORMER...

This preview shows document pages 1 - 3. Sign up to view the full document.

View Full Document Right Arrow Icon
Ask a homework question - tutors are online