Anatole France - Pierre Noziere

Eh bien demanda ma mere on ne peut rien dire encore

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: e dans la maison, vint dire a mon pere: “Le marchand de lunettes est tres malade, la−haut, dans sa mansarde. Il a une fievre de cheval. —J'y vais", dit mon pere en se levant. Au bout d'un quart d'heure, il revint. “Eh bien? demanda ma mere. —On ne peut rien dire encore, repondit mon pere, en reprenant sa serviette avec la tranquillite d'un homme habitue a toutes les miseres humaines. Je croirais a une fievre cerebrale. L'excitation nerveuse est tres intense. Naturellement, il ne veut pas entendre parler de l'hopital. Il faudra pourtant bien l'y porter: on ne peut le soigner que la.” Je demandai: “Est−ce qu'il en mourra?” Mon pere, sans repondre, souleva legerement les epaules. Le lendemain, il faisait un beau soleil; j'etais seul dans la salle a manger. Par la fenetre ouverte, et qui donnait sur la cour, les piaillements vigoureux des moineaux entraient avec des flots de lumiere et les senteurs des lilas cultives par notre concierge, grand amateur de jardins. J'avais une arche de Noe toute neuve, qui poissait II. LE MARCHAND DE LUNETTES. 7 Pierre Noziere les doigts et sentait cette...
View Full Document

This note was uploaded on 12/08/2012 for the course ECON 101 taught by Professor M.garibaldi during the Spring '12 term at Grenoble Ecole de Management.

Ask a homework question - tutors are online