Anatole France - Pierre Noziere

Il mettait son etude et ses soins a decouvrir de

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: e camp et des deux bouquinistes digne, sans doute, d'etre comparee aux merveilleuses histoires du kalife Aroun−al−Raschid et de son grand−vizir Giafar, errant la nuit dans les rues de Bagdad. Pour m'en tenir a l'exactitude d'une notice fidele, je dirai que, du moins, des personnes d'une condition privee, mais d'un merite reconnu, causaient volontiers avec M. Debas. J'en attesterais Amedee Hennequin, Louis de Ronchaud, Edouard Fournier, Xavier Marmier, mais ils ne sont plus de ce monde. Les plus familiers de M. Debas etaient deux pretres, hommes excellents, l'un et l'autre, pour la doctrine et les moeurs, mais tres dissemblables d'humeur et de caractere. L'un, M. Trevoux, chanoine de Notre−Dame, etait petit en gros; il portait sur ses joues ce vermillon petri pour les chanoines par ces petits Genies que vit Nicolas Despreaux dans un songe poetique. Il mettait son etude et ses soins a decouvrir de petits saints bretons et son ame etait pleine d'une joie onctueuse. L'autre, M. l'abbe Le Blastier, aumonier d'un couvent de femmes, etait de haute taille et de grande mine. Austere, grave, eloquent, il consolait par des promenades solitaires son gallic...
View Full Document

This note was uploaded on 12/08/2012 for the course ECON 101 taught by Professor M.garibaldi during the Spring '12 term at Grenoble Ecole de Management.

Ask a homework question - tutors are online