Anatole France - Pierre Noziere

Je reconnus sous ses soixantedix ans le bon jacobus

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: mene, et les plus fideles d'entre nous abandonnent l'un apres l'autre leurs vieux compagnons sur le chemin, sur le dur chemin de la vie. Au long de ma derniere annee de droit, je perdis de vue les deux copains. Dans la suite, le nom de Jean Meusnier, devenu celebre, me fut rappele tous les jours par les journaux qui le citaient avec des louanges. Les tableaux du maitre, je les voyais au Salon, aux Mirlitons, au Volney, chez Georges Petit, chez les amateurs de peinture et chez les femmes a la mode. Les vitrines des papetiers me montraient a l'envi son visage connu de vieux dieu rustique. X. LES DEUX COPAINS 35 Pierre Noziere Mais du pauvre Jacobus Dubroquens, point de nouvelles! Je m'imaginais qu'il n'etait plus de ce monde et que la mort clemente l'avait doucement emporte hors de cette terre, qu'il n'avait jamais vue que dans un reve et a travers un nuage. Mais, un beau jour de l'automne 1896, comme je prenais a la station des Tuileries le bateau qui descend la riviere, je remarquai, sur le pont, un vieillard assis a l'avant,...
View Full Document

This note was uploaded on 12/08/2012 for the course ECON 101 taught by Professor M.garibaldi during the Spring '12 term at Grenoble Ecole de Management.

Ask a homework question - tutors are online