Anatole France - Pierre Noziere

Le flot les ramene cest plaisir depier de loin leurs

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: x prieres de l'officiant une plainte lente, reguliere et douce, comme l'air d'une de ces chansons avec lesquelles on endort les petits enfants. Ce n'etait qu'un murmure, et l'eglise en etait pleine! Mais elle, la mere! debout, immobile, muette dans sa pelisse antique, elle tenait son capuchon baisse au−dessous de sa bouche, et sous ce voile elle amassait sa douleur. Quand l'absoute fut donnee, le cortege s'achemina vers Cayeux. C'est la, sous le vent de mer, qu'ils veulent que leur enfant repose. Croient−ils que cette terre, si dure aux vivants, sera douce aux morts? Ou plutot n'est−ce pas qu'ils gardent un tendre amour pour le rude pays ou ils sont nes et auquel ils portent aujourd'hui ce qu'ils avaient de plus cher? Nous vimes la petite troupe disparaitre lentement sur le chemin pierreux. Jamais, pour ma part, je n'avais contemple un si grand spectacle. C'est qu'il n'y a rien de plus grand au monde que la douleur. Dans les villes, elle se cache. Aujourd'hui, je l'ai vue au soleil, sur une colline qui ressemblait au calvaire. Ce dimanche les rues sont pavoisees. C'est la fete de la ville. De grandes affiches jaunes annoncent que des rega...
View Full Document

This note was uploaded on 12/08/2012 for the course ECON 101 taught by Professor M.garibaldi during the Spring '12 term at Grenoble Ecole de Management.

Ask a homework question - tutors are online