Anatole France - Pierre Noziere

Les grandes pelisses ont passe par heritage des meres

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: s dans les rues tant de sable qu'on y enfoncait jusqu'aux genoux. Aujourd'hui les galets que la mer a amonceles forment une digue naturelle et protegent les maisons, ainsi qu'une partie des champs. C'est la que le bon saint Valery faillit mourir de fatigue et de froid quand il frappa a la porte de la maison ou un pretre se chauffait en compagnie d'un juge. La vie n'y est aisee pour personne. La pauvre famille dont je parle y souffrit cruellement. Plusieurs enfants moururent. Un d'eux, par un hasard inconcevable, se noya dans un baquet. Quand le pere et la mere vinrent s'etablir a Saint−Valery, de neuf enfants qu'ils avaient eus, il ne leur restait que le fils qui est mort hier et un aine appele sous les drapeaux. La mere, entetee dans le malheur et donnant a l'avenir la figure sombre du passe, repetait tous les jours avec epouvante: “Je sais que celui−ci se noiera comme les autres.” De tels accidents sont rares a Saint−Valery. La baie et les bancs de sable prennent par an a peine une ou deux victimes. Pourtant la pauvre mere pleurait tous les jours son fils par avance. Vendredi, a quatre heures, il partit seul en barque, bien qu...
View Full Document

This note was uploaded on 12/08/2012 for the course ECON 101 taught by Professor M.garibaldi during the Spring '12 term at Grenoble Ecole de Management.

Ask a homework question - tutors are online