Anatole France - Pierre Noziere

On suit pour aller dici a liesse une route crayeuse

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: le bon Samaritain. Ce matin, mon ami courait dans le jardin, flairant la terre humide, et toutes les piques de son dos reluisaient. La rencontre d'un herisson; moins encore, un brin de serpolet a l'oree d'un bois, une vieille epitaphe dans un cimetiere de village, suffit a l'amusement de la journee d'un solitaire. Nous avons ici un camp de Cesar et une petite montagne qu'un jour Gargantua laissa tomber de sa hotte. Mais ce qu'il y a de plus admirable, c'est un fau (fagus) tres grand et parfaitement rond, qui donne des faines d'un gout delicieux, si j'en crois les paysans. Le hetre de Domremy que hantaient les fees et ou les filles du village suspendaient des guirlandes et des chapeaux de fleurs, n'etait ni plus beau ni plus venerable. Je regrette le temps ou l'on rendait un culte aux arbres et aux fontaines. J'aurais, en ce temps la, noue precieusement aux branches de ce beau fau des statuettes de terre cuite avec des bandelettes de laine, et peut−etre meme aurais−je su attacher au tronc un tableau portant une epigramme votive en vers imite...
View Full Document

Ask a homework question - tutors are online