Anatole France - Pierre Noziere

Sur ces visages fletris en quelques annees et courbes

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: u soleil, comme des ailes d'oiseaux de mer. Les hommes en veste brune, et coiffes du large chapeau d'ou pend un ruban noir, allaient en silence, appuyes sur leur baton de cornouiller. Et tout le long du chemin s'etendait une double haie de mendiants. Les uns, vieillards aveugles, blancs et chevelus, la main posee sur la tete d'un enfant, semblaient, dans leur majeste lamentable, les derniers bardes. Plus avant, une femme elevait en gemissant, sur le ciel bleu qui couvrait la lande, un bras si mutile, si depouille de chair, si dechiquete et si etrangement termine par une main ou ne restait plus que deux doigts, qu'on eut dit un bois de cerf trempe dans le sang des chiens decousus. Ailleurs se dressait une grande forme humaine terminee par une masse de chair sanguinolente et tumefiee qu'on ne reconnaissait pour un visage que parce qu'elle en occupait la place. Puis c'etaient cote a cote, et appuyes les uns sur les autres, des innocents qui se ressemblaient par le vide du regard, par l'immobilite du sourire, par un perpetuel tremblement de tout le corps, et aussi par un air de famille;...
View Full Document

This note was uploaded on 12/08/2012 for the course ECON 101 taught by Professor M.garibaldi during the Spring '12 term at Grenoble Ecole de Management.

Ask a homework question - tutors are online