Anatole France - Pierre Noziere

Voici comment il conclut ainsi il semble quon devroit

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: onne partye des boutiques du Pont−Neuf estoient occupees par les librairies qui y portoient de tres bons livres qu'ils donnoient a bon marche. Ce qui estoit d'un grand secours aux gens de VII. MONSIEUR DEBAS 23 Pierre Noziere lettres, lesquels sont ordinairement fort peu pecunieux. “Aux estallages, on trouve des petits traitez singuliers, qu'on ne connoit pas bien souvent, d'autres qu'on connoit a la verite, mais qu'on ne s'avisera pas d'aller demander chez les libraires, et qu'on n'achete que parce qu'ils sont a bon marche; et enfin de vieilles editions d'anciens auteurs qu'on trouve a bon marche et qui sont achetez par les pauvres qui n'ont pas moyen d'acheter les nouvelles.” Cette requete est d'Etienne Baluze, qui fut bon homme et vecut dans les livres sans y trouver le digne repos qu'il y cherchait. Voici comment il conclut: “Ainsi il semble qu'on devroit tolerer, comme on a fait jusques a present, les estallages tant en faveur de ces pauvres gens qui sont dans une extreme misere, qu'en consideration des gens de lettres, pour lesquels on a toujours eu beaucoup d'esgart en France, et qui, au moyen des defenses qu'on a faites, n'ont plus les occasions de trouver de bons livres a bon marche.” Les bouquinistes au XVIIIe siecle reconquirent le parapet pour la joie des curieu...
View Full Document

Ask a homework question - tutors are online