Anatole France - Pierre Noziere

X les deux copains 33 pierre noziere jacques

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: assise devant un bouquet de fleurs des champs, remettant un fond a la culotte de son fils aine. Nous fumes l'un envers l'autre d'une extreme reserve. Il pleuvait. Nous parlames de la pluie. “C'est bien triste, lui dis−je. —N'est−ce pas? me dit−elle. —Vous aimez les fleurs, Madame? —Je les adore.” Et elle tourna vers moi ses jolis yeux fleuris sur un visage fane. Je quittai Corbeil la semaine suivante. Et je ne vis jamais plus Mme Planchonnet. X. LES DEUX COPAINS C'etait dans les dernieres annees du second Empire. Jean Meusnier et Jacques Dubroquet occupaient par moitie un atelier au fond d'une cour, pres du cimetiere Montparnasse. Tout le rez−de−chaussee appartenait a des marbriers, qui encombraient la cour de tombes blanches, de croix et d'urnes funeraires. Une poussiere de marbre et de platre etendait sur le sol son linceul sali. L'atelier etait pose comme une grande cage vitree sur les magasins des tailleurs de pierres funeraires; a l'interieur, un poele de fonte,...
View Full Document

This note was uploaded on 12/08/2012 for the course ECON 101 taught by Professor M.garibaldi during the Spring '12 term at Grenoble Ecole de Management.

Ask a homework question - tutors are online