Apprendre_l__Electronique_en_Partant_de_Z_ro_-_Niveau_1_-_Le_ons_01___28

De u vers la gauche cest dire vers le condensateur c7

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: lement lire ses références. Grâce aux caractéristiques fournies par le constructeur, on peut savoir quelle tension et quel courant maximum il peut accepter, c’est-à-dire savoir si le thyristor peut être alimenté avec une tension de 200, 600 ou 800 volts et savoir s’il peut être capable d’alimenter des circuits qui consomment des courants de 5, 8 ou 10 ampères. THYRISTOR K Figure 525 : Un thyristor se distingue d’un relais également parce qu’une diode de redressement, permettant de laisser passer seulement les tensions positives, est reliée en série sur la gâchette et sur l’anode. quer sur sa gâchette une tension capable de fournir un courant suffisant. Les thyristors les plus sensibles peuvent être excités avec des courants de gâchette de 5 ou 10 mA. Les moins sensibles peuvent être excités avec des courants de 20 ou 30 mA. Sur un thyristor, on peut appliquer soit une tension continue, soit une tension alternative. On obtient, dans chaque cas, un fonctionnement complètement différent. Si on l’alimente avec une tension de 220 volts, on devra évidemment relier une ampoule ou n’importe quelle autre charge fonctionnant avec une tension de 220 volts sur son anode. Le thyristor alimenté avec une tension continue Si on alimente l’anode et la gâchette d’un thyristor avec une tension de polarité positive (voir figure 528), on obtiendra ceci : Pour exciter un thyristor et le faire passer en conduction, il faut toujours appli- - Lorsque l’on appuie sur le bouton P1, une impulsion positive arrive sur la - Si on relâche le bouton P1, on remarque que l’ampoule ne s’éteint pas (voir figure 528-B). - Pour éteindre l’ampoule, on devra retirer la tension d’alimentation de son anode en actionnant l’interrupteur S1 (voir figure 528-C). - Si on ferme à nouveau l’interrupteur S1, l’ampoule reste éteinte car le thyristor, pour redevenir conducteur doit recevoir la tension positive nécessaire à l’excitation sur sa gâchette (voir figure 528-A). - Si on applique une tension de polarité négative sur la gâchette (voir figure 529-A) et que l’on appuie ensuite sur le bouton P1, le thyristor ne sera pas excité, même si l’anode est alimentée avec une tension positive. - Si on applique une tension de polarité positive sur la gâchette et que l’on applique une tension de polarité négative sur son anode (voir figure 529-B), lorsque l’on appuie sur le bouton P1, le thyristor ne sera pas excité. Ceci étant posé, vous comprenez maintenant que pour exciter un thyristor, il est indispensable que ce soit une tension positive qui soit appliquée sur son anode et que se soit une impulsion positive qui soit appliquée sur sa gâchette. Le thyristor alimenté avec une tension alternative Si on alimente l’anode d’un thyristor avec une tension alternative et sa gâchette avec une tension continue positive, on obtiendra ceci : - En appuyant sur le bouton P1, le thyristor deviendra instantanément conducteur e...
View Full Document

Ask a homework question - tutors are online