Apprendre_l__Electronique_en_Partant_de_Z_ro_-_Niveau_1_-_Le_ons_01___28

Trouverez linscription zpd22 ou zy22 poursuivez le

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: igure 527, ELECTRONIQUE et Loisirs magazine 222 Les lettres qui figurent sur les trois broches sortant du cercle indiquent : A = anode (à relier à la charge) K = cathode (à relier à la masse) G = Gâchette (excitation) Sur la figure 525, en série dans les circuits de la gâchette et de l’anode, nous avons dessiné une diode de redressement pour vous faire comprendre que seules les tensions de polarité positive peuvent passer à travers ces broches (voir figure 526). A PILE A la différence des relais, qui sont toujours très lents à ouvrir et à fermer leurs contacts, les thyristors et les triacs, par contre, sont très rapides car ils n’ont pas de parties mécaniques en mouvement. C’est la raison pour laquelle ils sont très utilisés dans tous les appareils électroniques dans lesquels il faut commuter très vite des tensions et des courants. c’est-à-dire un cercle à l’intérieur duquel se trouve une diode de redressement munie d’une troisième patte appelée “gâchette”. PILE Bien entendu, ceci n’est qu’une vue destinée à faciliter la compréhension. Aucune bobine ni aucun contact mécanique ne se trouvent réellement à l’intérieur de ces composants ! Dans cette leçon, nous aborderons les thyristors (SCR) et les triacs. Nous vous expliquerons les caractéristiques qui les différencient ainsi que leur comportement en présence d’une tension continue ou d’une tension alternative sur l’anode et sur la gâchette. PILE our vous faire comprendre le fonctionnement des thyristors et des triacs utilisés dans différents circuits électroniques, nous avons imaginé les comparer à des relais, c’est-à-dire à les considérer comme s’ils étaient composés d’une bobine d’excitation et de deux contacts mécaniques utilisés comme interrupteurs. On applique toujours l’ampoule ou le moteur que l’on veut alimenter sur l’anode. La cathode, par contre, est reliée à la masse. On applique toujours une tension ou une impulsion de polarité positive sur la gâchette pour pouvoir l’exciter. Cours d’Electronique – Premier niveau LE COURS Dès que le thyristor est excité, à l’intérieur, l’anode et la cathode sont court-circuitées, et dans l’hypothèse où une ampoule est reliée à son anode, elle s’allume. Signalons qu’un thyristor de 600 ou 800 volts 10 ampères fonctionne également avec des tensions et des courants inférieurs. On pourra donc tranquillement l’alimenter avec des tensions de 50, 20, 12 ou 4,5 volts et relier, sur son anode, des circuits qui consomment des courants de seulement 0,5 ou 0,1 ampère. Si on alimente un thyristor avec une tension de 12 volts, on devra relier une ampoule ou n’impor te quelle autre charge fonctionnant avec une tension de 12 volts sur son anode. gâchette, ce qui provoque la conduction du thyristor qui fait alors s’allumer l’ampoule reliée sur son anode (voir figure 528-A). A P1 PILE G PILE Sur le corps de chaque thyristor, on peut généra...
View Full Document

This document was uploaded on 09/23/2013.

Ask a homework question - tutors are online