Labsence de lumire le long sjour et le passage oxique

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: ères 2.3.1 Aquifères fluviatiles L’eau s’écoule dans les matériaux déposés par un cours d’eau ancien ou actuel (généralement alluvions). Le substratum imperméable en dessous de ces matériaux est formé : - soit par la roche compacte en dessous de la formation alluviale perméable. - soit par des dépôts d’argile dans les alluvions sous forme de lentilles. Il y a possibilité d’étagement de lentilles, sans échange d’eau entre les compartiments. Dans ce cas on aura plusieurs aquifères superposés, avec des caractéristiques chimiques (charge ionique) et surtout physique (charge hydrostatique) différente (aquifère «bicouche» ou «multicouche»). Il est à noter qu’en tête d’une rivière, la pente est généralement plus faible et par conséquent l’écoulement est plus lent ce qui induit le dépôt des fines particules (limons, argiles). Il y a donc accumulation de fines particules, suivi du colmatage des cavités en surfaces. Ces fines particules (argiles, limons...) impliquent un colmatage successif des interstices entre cailloutis et forment finalement une barrière plus ou moins étanche à l'infiltration. Par conséquent, les matériaux constituant les plaines sont généralement peu perméables, et les niveaux piézométriques des nappes souterraines ont par conséquent tendance à s’approcher de la surface avec affleurements possibles de la nappe. Ce phénomène est à l’origine des remontées d’eau dans la plaine du Drac au confluent de l’Isère et du Drac en dessous de la ville de Grenoble. Les caves du cours Berriat sont souvent inondées par les eaux de la nappe en période de crue. Le dépôt de fines particules est un processus lent impliquant l’historique des différents cours d’eau anciens avec des écoulements plus ou moins importants et donc des dépôts d’épaisseur variable de couches d’argiles. Le passage de l’eau à travers les alluvions mélangées à des sables et des limons implique une bonne filtration de l’eau naturelle. L’eau sortant après un trajet suffisamment long est donc exemptes de particules— matière organique, bactérie, particule minérales et même virus — et...
View Full Document

This document was uploaded on 01/20/2014.

Ask a homework question - tutors are online