Le drainage des eaux est gr en majeure partie par ces

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: le contact avec la surface (adsorption-désorption) implique un retard de la «pollution dissoute», le «retard» (correspondant à une série d’étape d’adsorption désorption le long du trajet) est une fonction de l’affinité entre les surfaces minérale constituant l’aquifère et la molécule polluante dissoute, et la granulométrie de l’aquifère (surface de contact). L’absence de lumière, le long séjour, et le passage oxique-anoxique accentuent l’élimination des microorganismes. Les eaux des nappes d’aquifères fluviatiles sont donc en moyenne plutôt «propre». La ville de Grenoble est alimentée par les puits de Rochefort située dans la nappe du Drac (anciennement COGESE, maintenant SEG) et la plupart des communes avoisinantes dans les plaines sont alimentées par le SIERG (Syndicat Intercommunal de la Région Grenobloise) qui pompe son eau dans la nappe de la Romanche et dans les Eaux d’Olle. Dans les 2 cas un traitement des eaux pompées n’est pas nécessaire. Grenoble est une des rares villes de grande taille profitant d’une eau d’une excellente qualité sans traitement quelconque. Types de sources en milieu fluviatile : - Sources de débordement (ou sources de trop plein). La nappe libre affleure aux endroits où sa surface atteint le niveau du sol. - Sources artésiennes: Existent uniquement en cas de nappe captive sous charge. La surface piézométrique (et donc la pression hydrostatique) se situe au-dessus du sol. L’eau est contrainte de circuler en sous-sol vu la présence d’un toit imperméable (argile, limons...). Une conduite traversant la couche imperméable implique donc une source jaillissante. - 15 - Hydrogéologie Générale 12/10/04 Dans les aquifères fluviatiles, on distingue facilement les zones de ruissellement, les zones d’infiltration (accumulation), les zones de captivités ainsi que les zones sous charge. Il s’agit d’aquifères pouvant être décrits par la loi de Darcy avec des limites ZS - ZNS bien définies, des directions d’écoulement et des effets de pompage relativement facilement prédictibles vu l’homogénéité de l’aquifère ainsi que sa porosité élevée. C’est tout à fait différen...
View Full Document

This document was uploaded on 01/20/2014.

Ask a homework question - tutors are online