element hydrogéologie souterraine

beaucoup moins permables les structures aquifres

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: logie, et couplages surface/souterrain" (Document interne pour le PNRH, R.ABABOU, 1996) 4 ELEMENTS D'HYDROLOGIE SOUTERRAINE – CHAPITRE 1 INTRODUCTION R. ABABOU Vers le haut, on a le couvert végétal et la couche limite atmosphérique (le couvert végétal évapotranspire, il influe sur les déplacements d’air par sa rugosité, et l’air contient de la vapeur d’eau). Vers le bas, on a d’abord des sols contenant matières végétales et animales (vivantes), ou des roches plus ou moins altérées qui peuvent affleurer. Puis, dans le sous-sol, on rencontrera par exemple d’abord une formation aquifère peu profonde (éventuellement confinée), puis plus bas, des aquifères multiples plus profonds et souvent confinés mais encore accessibles à l’homme, et en alternance, des formations rocheuses (granitiques, argileuses, ...) beaucoup moins perméables. Les structures aquifères peuvent plonger jusqu’à plusieurs centaines de mètres sous la surface. C’est le cas de certaines couches aquifères minces, confinées et profondes, mais néanmoins connectées aux processus hydrologiques superficiels (affleurements). On peut penser aussi aux structures conductrices constituées par des conduits et des puits naturels en massifs karstiques. Au total, les phénomènes qui participent de la circulation des eaux incluent : 5 ELEMENTS D'HYDROLOGIE SOUTERRAINE – CHAPITRE 1 INTRODUCTION R. ABABOU • l’évaporation des sols nus et des plans d’eau, • l’évapotranspiration des plantes et des surfaces « végétalisées », • le ruissellement gravitaire de l’eau sur les pentes des versants et dans les « cours d’eau », • diverses formes d’infiltration et d’exfiltration aux interfaces (y compris nappe-rivière), • les écoulements souterrains en régime non saturé ou à saturation variable, • les écoulements souterrains saturés, en nappes libres (peu profondes en général), • les écoulements souterrains saturés, en nappes captives (aquifères c...
View Full Document

This document was uploaded on 01/21/2014.

Ask a homework question - tutors are online