element hydrogéologie souterraine

R ababou on peut constater que les fonctions hx et hx

Info iconThis preview shows page 1. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

Unformatted text preview: . ABABOU 4.3. Traceurs et polluants passifs (advection, diffusion/dispersion, dilution) EN CONSTRUCTION.... 168 ELEMENTS D'HYDROLOGIE SOUTERRAINE – CHAPITRE 3 HYD. DES NAPPES SOUT. R. ABABOU 4.4. Intrusion saline en nappe côtière – approche « interface abrupte » 4.4.1. Approche interface abrupte (Ghyben-Herzberg) Introduction générale et historique (en construction...) Brièvement, l’approche « interface abrupte », connue depuis un siècle, consiste à supposer que l’eau de mer et l’eau douce ne se mélangent pas (non miscibilité), et à chercher la position d’équilibre hydrostatique d’un « coin salé » d’eau de mer qui se « glisse » sous l’eau douce de la nappe phréatique, cette dernière s’écoulant vers la mer au-dessus du coin salé. Quelle que soit la géométrie et les conditions limites du problème, on veut connaître en régime permanent les profils h(x,y) et H(x,y) caractérisant, respectivement, la surface libre de la nappe d’eau douce (lentille d’eau douce « h » au-dessus du noveau de la mer) et la profondeur de l’interface eau douce / eau salée (H) par rapport au niveau de la mer, ainsi que le flux d’eau douce (Q) s’écoulant vers la mer. On suppose qu’il existe un plancher imperméable plan et horizontal, commun aux nappes souterraines d’eau douce et d’eau salée. Si ce plancher est relativement peu profond, la nappe salée peut être interceptée par le plancher à une certaine distance L ou LS de la côte. Cette distance est la longueur de pénétration du coin salé vers l’intérieur (penetration length of the salt wedge inland). 169 ELEMENTS D'HYDROLOGIE SOUTERRAINE – CHAPITRE 3 HYD. DES NAPPES SOUT. R. ABABOU Hypothèses générales (approche interface abrupte) ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ Régime permanent. Aquifère homogène. Substratum imperméable plan et horizontal. Pas de superstratum (la nappe d’eau douce est à surface libre). Vitesses quasi-horizontales dans l’eau douce : vitesses verticales négligées, i.e., champ de pression verticalement hydrostatique (approximatio...
View Full Document

Ask a homework question - tutors are online