2007-Diallo-Deficits des finances

3000 2000 f 2500 1500 1000 500 000 f r r r r i o oj

Info icon This preview shows pages 19–22. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
30,00 -,-----------------------., 20,00 -f-------===- ..... ;:::----__/_ 25,00 --- 15,00 -- 10,00 - 5,00 - 0,00 -f--r---r---r---r---., ..... -., ..... -., ..... -., ..... -., ..... -., ........ -., ........ -., ........ -...,...---., ........ -...,...---...,...-----,---,---,---,--,---,---,---i ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ o} .... OJ ~ .... OJ ty}. .... OJ ~ .... OJ C\, .... OJ ~ .... O) ~, .... O) .... 0) .... 0) .... 0) .... 0) '\.~ .... ~ .... OJ'b .... OJ'b .... 0)<0 .... O)'b .... 0)<0 .... 0)0) Années Source: DPS Ce graphique révèle que le poids des recettes publiques par rapport au PIS a légèrement baissé sur la période allant de 1979/1980 à 2002 en passant respectivement de 24,57% à 20,46%. Depuis 1994, année de la dévaluation du Franc CFA, ce rapport (recettes publiques/PIS) varie entre 19 et 20%. 19
Image of page 19

Info iconThis preview has intentionally blurred sections. Sign up to view the full version.

View Full Document Right Arrow Icon
2.2 - Les dépenses publiques (dépenses totales et prêts nets) Les dépenses publiques totales ont connu également une hausse durant la période considérée malgré de légères baisses en 1983/1984, 1990/1991, 1993, 1997 et 2002. Toutefois, depuis 1994, l'Etat semble maîtriser cette hausse car celle-ci reste relativement faible tournant autour de 20% du PIS. L'impact de la dévaluation est sensible ici aussi. De 1993 à 1994, les dépenses totales ont augmenté en passant de 319,8 à 447,97 milliards de F CFA soit une hausse de 71,38% en 1994. Les traitements et salaires constituent un poste relativement important dans les dépenses publiques du Sénégal. Ils représentent en moyenne 30 à 40 % des dépenses publiques totales de 1979/1980 à 1997. Toutefois, de 1998 à 2002, ce rapport a sensiblement baissé variant entre 24 et 29%. Ceci est une caractéristique des PEO les dépenses de fonctionnement de l'Etat pèsent relativement très lourd. L'évolution des dépenses publiques totales et prêts en pourcentage du PIS (graphique n02) révèle que les pouvoirs publics sont parvenus à mieux contrôler de l'évolution de leurs dépenses. Graphique n02 : Evolution des dépenses totales et dons en pourcentage du PIS 35,00 - . 1 ~~:~~~~ - ~ - ~-- ~~:~~ t_-_ ... ---=----.---. _._. - -.--""'-----====-...-<: ............... -----'=-- 10,00 r -.- .- -- -- 5,00 0,00 -r--r-I -,--1 '-. -~ Années Source: OPS 20
Image of page 20
Le poids des dépenses publiques totales par rapport au PIS a considérablement baissé sur la période de l'analyse, à savoir de 1979/1980 à 2002. En effet, c'est moins la compression des dépenses publiques elles-mêmes, c'est-à-dire en valeur absolue, que la maîtrise de l'évolution de leur poids dans le PIS (leur valeur relative) qui préoccupe les pouvoirs publics. L'on comprend aisément qu'il en soit ainsi car les critères de convergence de l'UEMOA voudrait que le taux de pression fiscale soit supérieur ou égal à 17%. 2.2. 1 -Les dépenses publiques: une analyse des composantes De façon générale, l'analyse des différentes catégories de dépenses publiques montre qu'elles ont toutes évolué à la hausse pour ce qui concerne leurs montants (valeurs absolues) durant la période considérée (1979/1980 à 2002). Le tableau n02 présente l'évolution de quelques catégories de dépenses publiques en pourcentage des dépenses totales et prêts (nets) de 1979/1980 à 2002. L'impact de la dévaluation est significatif à ce niveau aussi. Comme nous l'avons souligné plus haut, de 1993 à 2002, elles sont passées de 319,8 à 447,97 milliards de FCFA soit une hausse de 71,38% en 1994. On comprend aisément que la dévaluation gonfle les dépenses en capital et les intérêts sur la dette publique notamment l'emprunt public extérieur. En effet, le service de la dette publique extérieure est en devises puisque celle-ci est libellée en devises. Concernant les dépenses en
Image of page 21

Info iconThis preview has intentionally blurred sections. Sign up to view the full version.

View Full Document Right Arrow Icon
Image of page 22
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

{[ snackBarMessage ]}

What students are saying

  • Left Quote Icon

    As a current student on this bumpy collegiate pathway, I stumbled upon Course Hero, where I can find study resources for nearly all my courses, get online help from tutors 24/7, and even share my old projects, papers, and lecture notes with other students.

    Student Picture

    Kiran Temple University Fox School of Business ‘17, Course Hero Intern

  • Left Quote Icon

    I cannot even describe how much Course Hero helped me this summer. It’s truly become something I can always rely on and help me. In the end, I was not only able to survive summer classes, but I was able to thrive thanks to Course Hero.

    Student Picture

    Dana University of Pennsylvania ‘17, Course Hero Intern

  • Left Quote Icon

    The ability to access any university’s resources through Course Hero proved invaluable in my case. I was behind on Tulane coursework and actually used UCLA’s materials to help me move forward and get everything together on time.

    Student Picture

    Jill Tulane University ‘16, Course Hero Intern