2 L\u00e9cole Lyonnaise Louise Lab\u00e9 etc Libert\u00e9 dexpression Alliance et fid\u00e9lit\u00e9 au

2 lécole lyonnaise louise labé etc liberté

This preview shows page 5 - 7 out of 13 pages.

2- L’école Lyonnaise: (Louise Labé etc) Liberté d’expression. Alliance et fidélité au platonisme (amour pur, idéalisé) mais aussi au pétrarquisme (ex: le sonnet italien, le leitmotiv (souffrance de l’amoureux) etc) Louise Labé: 1524-1566 Née à Lyon dans un milieu aisé. Son père était cordier. Surnom: La Belle Cordière. Éducation à l’italienne (broderie, musique: lutte, cheval, italien, latin, voltige). Femme cultivée, active dans les salons littéraires et les fêtes mondaines. S’est mariée avec Edmond Perrain mais elle a des liaisons adultères. Ses oeuvres, publiées en 1555 consistent en des sonnets et des élégies. Critique littéraire: au départ, suggestion de l’autobiographie, donc image de la débauche. Mais il y a aussi le droit de la femme d’aimer, d’être aimée, d’exprimer sa passion, son désir et son deuil, sa souffrance. Femme-sujet qui exprime ses désirs aussi bien physiques que spirituels. 3- La Pléiade: (Ronsard, du Bellay etc)
Nom provient d’une constellation d'étoiles Contexte à propos de l’auteur: La Renaissance lyonnaise et sa Belle Cordière Louise Labé passa la plus grande partie de sa vie dans la région lyonnaise qui est, au XVIe siècle, dynamique et florissante : en effet, celle-ci se trouve sur le chemin de l’Italie et au confluent de deux voies navigables très importantes : la Saône et le Rhône. La ville de Lyon est alors d’une part un grand centre économique (les grandes banques et marchands italiens s’y établissent et les foires se développent, des corporations d’artisans se forment) et d’autre part un important foyer culturel (très proche de l’Italie, elle bénéficie du rayonnement et de l’influence artistique de ce pays, possède des imprimeurs dynamiques de plus en plus nombreux : imprimerie inventée en 1450). Sur le modèle de la Renaissance italienne, la France, et particulièrement la ville de Lyon, connaissent un renouveau poétique et un épanouissement de tous les arts. C’est une sorte de deuxième capitale, dite italianisante, à l’image de Paris ou de Florence, où de nombreuses personnalités séjournent (la cour royale s’y établit souvent et François Ier s’y arrête, en route pour l’Italie). Rabelais s’y installe comme médecin à l’Hôtel-Dieu, y travaille à son œuvre tant critiquée à Paris, et y publie son Pantagruel en 1532). Louise Labé, surnommée « La Belle Cordière » en raison de la profession de son père mais aussi de celle de son mari, qui était un riche marchand de cordes, accède à une éducation remarquable pour une jeune fille de son siècle. Louise Labé bénéficiera à la fois d’une éducation « ménagère » par sa belle mère, troisième et dernière épouse de son père, mais aussi d’une éducation lettrée à laquelle son père met un point d’honneur (elle apprend notamment le latin, l’espagnol, le grec et le chant…). Elle fait rapidement partie du cercle poétique appelé tacitement « Ecole lyonnaise » sous l’égide de Maurice Scève et d’autres poètes comme Pernette du Guillet. C’est un mouvement poétique qui précède La Pléiade (mouvement poétique centré sur Paris, et qui compte notamment Ronsard et du Bellay). Louise fut

  • Left Quote Icon

    Student Picture

  • Left Quote Icon

    Student Picture

  • Left Quote Icon

    Student Picture