{[ promptMessage ]}

Bookmark it

{[ promptMessage ]}

Contribuent pour lessentiel à cet effet global

Info iconThis preview shows pages 70–72. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
contribuent, pour l'essentiel, à cet effet global significativement positif. C'est dire que dans les PED aussi bien que dans les pays développés, l'investissement public demeure un déterminant clé de l'investissement privé. En effet, c'est à travers les investissements publics dans des secteurs à externalités positives tels que les infrastructures routières, aéroportuaires et portuaires, la santé et la formation que les activités des entreprises deviendront plus rentables. Elles disposeront de ressources humaines plus compétentes et productives et minimiseront leurs coûts de production. Les dépenses publiques dont la réduction ou plutôt la maîtrise devrait préoccuper les pouvoirs publics sont les dépenses de fonctionnement. Celles-ci seraient, en effet, relativement énormes car il semblerait que le train de vie de l'Etat a été très élevé durant la période de l'analyse même si l'on ne dispose pas ici de statistiques pour le prouver. En tous cas, les syndicats des travailleurs, la société civile et l'opposition politique l'ont souvent reproché à l'Etat. Une réduction ou à défaut la maîtrise des dépenses de fonctionnement permettrait à l'Etat de réallouer des ressources à l'investissement public. Et ceci serait très louable d'autant que ce dernier demeure, à côté de l'investissement privé, un déterminant incontestable de la croissance économique. L'investissement public, du fait de sa significativité en tant que variable explicative de l'investissement privé et de son effet multiplicateur assez élevé sur la consommation privée, l'investissement privé et le revenu national, devrait être la variable clé de relance de l'activité économique nationale par le biais de la politique budgétaire. En termes plus précis, toute relance de l'activité économique nationale (reposant ou ne reposant pas sur des déficits budgétaires) devrait passer nécessairement par une manipulation de l'investissement public de façon à produire les externalités positives les plus importantes notamment sur l'investissement privé. 70
Background image of page 70

Info iconThis preview has intentionally blurred sections. Sign up to view the full version.

View Full Document Right Arrow Icon
Toutefois, même si les déficits budgétaires ne sont pas neutres, nous avons vu que leurs effets ne sont pas significatifs. C'est pourquoi, même si des investissements publics financés par des déficits sont «rentables» pour l'activité économique nationale, il convient de préciser que la meilleure solution consisterait à accroître les dépenses d'investissement public sans créer des déficits budgétaires. En effet, l'Etat peut accroître les investissements publics en réduisant, par exemple, d'autres dépenses telles que la consommation publique. Il s'agirait alors d'une simple réallocation des ressources budgétaires disponibles qui tiendrait compte d'une utilisation optimale des ressources publiques. Une telle mesure, même si elle peut être facilement prise par l'Etat, sera difficilement applicable.
Background image of page 71
Image of page 72
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

{[ snackBarMessage ]}