{[ promptMessage ]}

Bookmark it

{[ promptMessage ]}

En somme la politique budgétaire exerce un effet

Info iconThis preview shows pages 67–69. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
En somme, la politique budgétaire exerce un effet positif de faible ampleur sur l'investissement privé par le biais notamment des dépenses publiques. 1/ faut préciser que c'est l'influence de l'investissement public qui est légèrement supérieure à celle de la consommation publique. L'effet global de la politique budgétaire sur l'investissement privé est résumé par les équations suivantes: b,.1 = 0,227 b,. G - 0,158 b,. T ou encore /1 1 = 0,227 /1 COPU + 0,265 /1 IPUB - 0,158 /1 T NB : Le signe /1 représente une variation absolue. Section 2 - L'effet de la politique budgétaire sur le revenu national et les recommandations de politique économique 2.1. L'effet final de la politique budgétaire sur l'économie nationale L'analyse des multiplicateurs contenus dans le tableau suivant (tableau n 0 11) révèle que la politique budgétaire exerce un effet global positif sur le revenu national. Tableau n 0 11 : Les multiplicateurs des variables budgétaires sur l'économie nationale Dépenses Déficits Consommation 1 nvestissement Fiscalité Publiques Budgétaires Publique Public 1,801 0,235 1,801 2,107 -1,261 Les déficits budgétaires influencent négativement le revenu national. Quant aux dépenses publiques. elles exercent un effet positif non négligeable sur le revenu national - le multiplicateur est égal à 1,801. 67
Background image of page 67

Info iconThis preview has intentionally blurred sections. Sign up to view the full version.

View Full Document Right Arrow Icon
Avec des multiplicateurs égaux respectivement à 1,801 et 2,107, la consommation publique (COPUB) et l'investissement public (lPUB) exercent des effets combinés positifs sur le revenu national. L'effet positif significatif de l'investissement public est, toutefois, plus important que celui de la consommation publique. Les déficits budgétaires exercent, quant à eux, un effet récessif sur le revenu national, contrairement à la prédiction de la théorie keynésienne. Ceci résulte de la conjonction des effets récessifs des déficits budgétaires sur l'investissement privé et la consommation privée qui se sont soldés, logiquement, par un effet global négatif sur le revenu national. Cependant, cet effet est d'ampleur relativement limitée. Par exemple, une augmentation des déficits de 100% ne réduit le revenu national que de 23,5%. L'effet de l'investissement public sur le revenu national est le plus important. Ce résultat n'est pas étonnant d'autant plus que cette variable a l'effet positif le plus important sur l'investissement privé et un effet positif non moins important sur la consommation privée. Le multiplicateur fiscal est négatif et assez élevé (-1,261). Ce résultat est conforme à la théorie. L'effet récessif de cette variable traduit l'impact négatif de la politique budgétaire sur l'économie nationale. Il faut, néanmoins, souligner qu'au total l'effet récessif du multiplicateur fiscal est dominé par l'effet expansionniste des dépenses publiques.
Background image of page 68
Image of page 69
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

{[ snackBarMessage ]}