{[ promptMessage ]}

Bookmark it

{[ promptMessage ]}

Eprouvette 1 proche de la géométrie de poutre

Info iconThis preview shows pages 6–9. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
Eprouvette 1 : proche de la géométrie de poutre Valeurs des déformations ε xx ‘ (suivants x) Dimensions de la structure : H = 26mm ; Longueur = 160mm ; épaisseur = 52mm. Longueur entre appuis : L = 100mm Module de Young : E = 6MPa Force appliquée : F = 16 N Flèche maximale au milieu de la poutre donnée par la RdM : f théor . = z EI FL 48 3 = 0,73 mm Flèche mesurée : f mes . 0,899 mm Ecart : 23%, ce qui est déjà sensible, alors que l’éprouvette ici essayée est raisonnablement considérée comme une structure de poutre. Eprouvette 2 : éloignée de la géométrie de poutre Valeurs des déformations ε xx Dimensions de la structure : H = 52mm ; Longueur = 160mm ; épaisseur = 26mm. Longueur entre appuis : L = 100mm Module de Young : E = 6MPa
Background image of page 6

Info iconThis preview has intentionally blurred sections. Sign up to view the full version.

View Full Document Right Arrow Icon
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux TP1 C03 sollicitations dans les poutres Page 7 sur 15 cours disponible sur http://membres.lycos.fr/rdmestp Force appliquée : F = 16 N Flèche maximale au milieu de la poutre donnée par la RdM : f théor . = z EI FL 48 3 = 0,36 mm Flèche mesurée : f mes . 0,62 mm Ecart : la flèche mesurée expérimentalement est pratiquement le double de celle issue de la théorie des poutres. Cet essai montre bien l’importance de la géométrie des poutres pour assurer la validité des résultats de la théorie des poutres. 2 NOTION DE SOLLICITATIONS 2.1 Définition Soit une poutre G o G 1 soumise à un ensemble d’efforts comprenant les forces directement appliquées à la poutre et les réactions d’appuis. Nous supposons que toutes ces forces sont en équilibre statique. La pièce est donc immobile. Coupons la poutre par un plan de section droite (S), dont le centre de gravité est G, perpendiculaire à la fibre moyenne. Soit 1 x le vecteur normal à (S) et z y , les vecteurs situés dans le plan de la section (S) permettant d’obtenir un repère orthonormé. Le repère (x 1 , y, z) est donc un repère local attaché au centre de gravité G de la section de coupure. Le solide est coupé en deux parties G et D , gauche et droite. S Go G1 F2 F1 F4 F3 G
Background image of page 7
ESTP – TP 1 - Cours de Résistance des Matériaux TP1 C03 sollicitations dans les poutres Page 8 sur 15 cours disponible sur http://membres.lycos.fr/rdmestp Isolons la partie droite : elle est en équilibre sous l’action des forces extérieures qui lui sont directement appliquées et des actions exercées par la partie gauche G ; ces actions sont appelées des actions de contact. En effet, G est en contact avec D , la surface de contact étant la section (S). Les actions exercées par G sur la partie D sont représentées, en chaque point P de (S- ε ), par le vecteur contrainte T (P, x 1 ), x 1 étant le vecteur unitaire de la tangente en G à la fibre moyenne G o G 1 , ce vecteur normal à la section (S). T (P, x 1 ) s’écrit : T (P, x 1 ) = σ . x 1 + τ σ σσ est appelée contrainte normale, car orientée suivant un vecteur normal à (S), τ est appelée contrainte tangentielle car située dans le plan (S).
Background image of page 8

Info iconThis preview has intentionally blurred sections. Sign up to view the full version.

View Full Document Right Arrow Icon
Image of page 9
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

{[ snackBarMessage ]}