{[ promptMessage ]}

Bookmark it

{[ promptMessage ]}

2007-Diallo-Deficits des finances

Le revenu permanent constitue le principal

Info iconThis preview shows pages 49–51. Sign up to view the full content.

View Full Document Right Arrow Icon
le revenu permanent constitue le principal déterminant de la consommation privée selon les monétaristes. Le déficit public Selon la théorie de l'équivalence ricardienne, le mode et l'échelonnement dans le temps du financement des dépenses publiques sont sans 'incidence sur les décisions de consommations des ménages. Pourtant, beaucoup de modèles économiques traditionnels et d'analyses informelles estiment qu'en remplaçant l'impôt courant par l'emprunt, on accroît la consommation privée des ménages. Beaucoup de travaux ultérieurs montrent que, même s'il existe des thèses qui corroborent l'équivalence ricardienne, cette dernière rencontre des limites telles que l'on puisse admettre que le déficit affecte le comportement de consommation. Cela est d'ailleurs appuyé par certains travaux empiriques dûs notamment à BARRO, BUCHANaN et TOBIN. La consommation publique En admettant que l'équivalence ricardienne ne joue pas dans tous les cas, la consommation publique peut évincer la consommation privée. Il y aurait alors substituabilité entre la consommation publique et la consommation privée. Ainsi, la première affecterait négativement la seconde, l'Etat absorbant ainsi les ressources du secteur privé pour les dépenser à sa place. Le taux d'intérêt Lorsque les agents privés sont en face de marchés financiers où ils peuvent emprunter librement, le niveau du taux d'intérêt détermine répartition intertemporelle de la consommation. Dans le cas où l'Etat s'adresse à ces marchés pour financer son déficit, il y a des pressions à la hausse sur les taux d'intérêt. Alors, les agents privés préfèreront acheter des titres, réduisant ainsi leur consommation. b) Effet sur l'investissement privé Les effets de politique budgétaire sur l'investissement privé s'exercent essentiellement par quatre canaux: les investissements publics, le déficit budgétaire, l'impôt sur les bénéfices et les taux d'intérêt réel. Les investissements publics 49
Background image of page 49

Info iconThis preview has intentionally blurred sections. Sign up to view the full version.

View Full Document Right Arrow Icon
Il s'agit de voir si les investissements publics et les investissements privés sont complémentaires ou substituables. Il y a complémentarité lorsqu'une augmentation des investissements publics entraîne une augmentation des investissements privés. Dans le cas contraire, il ya substituabilité. Le déficit budgétaire Lorsque le déficit budgétaire est financé par ~mprunt sur les marchés financiers, les emprunts publics peuvent évincer les emprunts privés en exerçant une pression à la hausse des taux d'intérêt. Dans cas d'un déficit budgétaire financé par système bancaire, les politiques discriminatoire et sélective du crédit ont tendance à favoriser les projets d'investissement public au détriment des investissements privés. Il peut en résulter un effet d'éviction direct en ce sens que les fonds nécessaires au financement d'investissements privés seront rares.
Background image of page 50
Image of page 51
This is the end of the preview. Sign up to access the rest of the document.

{[ snackBarMessage ]}

Page49 / 79

le revenu permanent constitue le principal déterminant de...

This preview shows document pages 49 - 51. Sign up to view the full document.

View Full Document Right Arrow Icon bookmark
Ask a homework question - tutors are online